(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris est attendue sur une note globalement stable mardi matin, l'absence de volumes et de catalyseurs favorisant les positions prudentes après les récents plus hauts inscrits sur fond d'optimisme quant à la croissance mondiale.

  • 6.377,22
  • 0,32%

Vers 8h15, le contrat 'future' sur l'indice CAC 40 - livraison mai - avance de 5,5 points à 6260,5 points, annonçant une ouverture en très légère progression.

Le marché parisien avait bénéficié hier de la bonne tenue de Wall Street et gagné 0,6% pour finir au contact des 6300 points, après avoir reculé de 0,3% et testé les 6252 points au plus bas du jour.

Les volumes d'échange se sont toutefois révélés particulièrement faibles pour une première séance mensuelle, avec tout juste 2,35 milliards d'euros échangés.

Les analystes estiment cependant que l'optimisme à l'origine du récent 'rally' boursier reste en place, les investisseurs anticipant une poursuite du flux de nouvelles positives dans les prochains mois.

Certains stratèges soulignent, au contraire, le niveau de valorisation élevée des marchés d'actions.

Le CAC 40 affiche actuellement un multiple de valorisation PER de 17 fois les bénéfices, contre une moyenne historique qui se situe plutôt autour de 13,5 sur le long terme.

'Ces dernières années, la valorisation a rarement été un critère permettant d'anticiper les mouvements des marchés', rappellent néanmoins les équipes de Meeschaert AM.

'Celui qui a le mieux fonctionné est la dynamique des entreprises', souligne le gestionnaire d'actifs.

Peu chargé en résultats, l'agenda de Wall Street se portera essentiellement sur les comptes de Pfizer aujourd'hui, avec l'idée de savoir si le laboratoire pharmaceutique profite déjà des campagnes de vaccination menées partout dans le monde.

D'autres poids lourds de la cote, comme GM, Uber, Moderna, Volkswagen, AB InBev, Rio Tinto, Société Générale et UniCredit, publieront également leurs comptes au cours des jours qui viennent.

L'attention des investisseurs pourrait également se porter sur les taux.

Ces dernières semaines, les rendements obligataires ont progressé dans la zone euro sans être véritablement influencés par leurs homologues américains, une dynamique qui semble intriguer les investisseurs.

Le rendement du Bund allemand à dix ans se tend actuellement d'un point, à -0,2%, et la dette française n'est pas épargnée par ce petit regain de tension puisque le rendement des OAT à dix ans progresse également d'un petit point, à 0,15%.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

contador