(CercleFinance.com) - La bourse de Paris a effacé une bonne partie de ses pertes dans la dernière heure de cotations, mais cède néanmoins 0.81%, à 5.916 points.

  • 6.753,970
  • 0,23%

La tendance est identique à Francfort (-1.02%), à Londres (-0.78%) ainsi que sur l'E-Stoxx50 (-0.77%).

Outre-Atlantique, le Dow Jones et le S&P500 gagnent respectivement 0.5% et 0.7%, derrière le Nasdaq (+1%), les investisseurs semblant rassurés par l'allocution -pourtant sans surprise- du président de la Fed devant la commission des affaires bancaires du Sénat.

Jerome Powell n'a pas confirmé le 'all-in' contre l'inflation (pour reprendre la formule de Christophe Waller de la FED de Saint-Louis) et affirme que la politique monétaire restrictive ne débouchera pas sur un risque de récession (anticipée par 45% des économistes aux Etats-Unis).

Après la hausse de taux de 75 points de base décidée la semaine dernière, une première en 30 ans, un nouveau relèvement de 75 points de base des taux des fonds fédéraux ('fed funds') est envisagé à l'issue de la réunion prévue du 28 juillet... mais la FED 's'adaptera ensuite aux données dont elle disposera', et ce pourrait se traduire par une baisse des pressions inflationnistes : l'espoir d'un atterrissage en douceur renaît.

Avant même que Jerome Powell ne prenne la parole, on observait une forte détente des taux (-15Pts de base en moyenne).

Les marchés obligataires européens se détendent fortement avec -16,5Pts sur nos OAT à 2,16%, -15Pts sur les Bunds à 1,615%, -17,5Pts sur les BTP italiens à 3,61%.

Outre-Atlantique, les T-Bonds affichent également -16Pts de base à 3,145% alors que le baril de Brent chute de 3% vers 110$.

Du côté des valeurs, Faurecia (-2.3%) a annoncé le succès de son augmentation de capital de 705 millions d'euros visant à refinancer en partie l'acquisition de l'allemand Hella.

Cette augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription va se traduire par l'émission de près de 45,5 millions d'actions nouvelles d'une valeur nominale de sept euros chacune, sur la base d'un prix de souscription unitaire de 15,5 euros.

Carrefour chute de 7% vers 17E avec la crainte d'une guerre des prix entre distributeurs.

Crédit Agricole a présenté son plan Ambitions 2025. Ce plan repose sur un fort potentiel de croissance organique avec un objectif de plus d'un million de clients supplémentaires. Le groupe vise un résultat net part du Groupe supérieur à 6 milliards d'euros et souhaite renforcer encore la rentabilité avec un retour sur fonds propres tangibles supérieur à 12 %.

Enfin, Amundi a également dévoilé aujourd'hui son plan stratégique 2025, axé sur la poursuite de la croissance organique, le maintien d'un coefficient d'exploitation au meilleur niveau de l'industrie et un rendement élevé pour les actionnaires. Amundi prévoit de dégager une croissance annuelle moyenne du résultat net ajusté de 5% sur la période.

Copyright (c) 2022 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

contador